Bio express


Comédien dès 1957, et accessoirement chanteur, dans la troupe de Roger Planchon, à Lyon, Jean Arnulf travaille dans deux ou trois autres compagnies puis « monte » à Paris au début des années 60. Doué pour la chanson, il se produit dans les cabarets de Montmartre et de la rive gauche. Jean Méjean, « le Napoléon du spectacle », le remarque chez Ma cousine, à Montmartre, et le présente à Jacques Canetti qui l'engage aussitôt. En juin 1963 paraît, chez Philips, son premier disque, un 25 cm couronné, l'année suivante, par l'Académie Charles-Cros. Le plus souvent, Jean Arnulf chante les textes de sa femme, Martine Merri, qu'il met en musique avec un grand sens de la mélodie, mais aussi Henri Gougaud, Jean-Claude Massoulier ou Roger Planchon (La complainte de Manda).                    

    Point de vue est aussi enregistré par Christine Sèvres et souvent interprété dans les concours de chanson. En plein yéyé, cette chanson sur l'injustice sociale (« Moi, j'dis qu'la mort a pas l'même goût vue par en d'ssus ou par en d'ssous... ») sera classée troisième au hit-parade. Arnulf tourne avec Georges Brassens, Juliette Gréco, Jean Ferrat, chante dans les Maisons de la Culture Jusqu'en 1967, il enregistre chez Philips (5 super 45 tours, 3 33 tours), sous la direction artistique de Claude Dejacques.

    Dans son répertoire, beaucoup de chansons contestataires, souvent antimilitaristes : Le twist du déserteur, La mienne à moi, Chante une femme (née d'un reportage de Paris-Match sur la guerre du Vietnam, elle sera reprise par Claude Vinci, Marc Ogeret, James Ollivier, Jacqueline Dorian) ou Chanson pour Caryl Chessmann. Jean Arnulf chante aussi l'amour et le temps qui passe : Jour après jour, Tiens, déjà l'automne. À partir de 1968, il abandonne la chanson, compose des musiques pour les films de Bernard Clavel. En 1976, il enregistre chez RCA un album de chansons de Rezvani. L'année suivante, pour la série télévisée Pierrot-la-chanson, il enregistre, en duo avec Hélène Martin, La matinée de Gougaud et Ferrat (Disques du Cavalier).


R. B.

Jean Arnulf, compositeur-interprète, nous a quittés dimanche 25 mars 2007. Il y a quelques semaines, le 9 février, ses amis lui avaient fêté son anniversaire — 75 ans — à La Pirandelle, maison de retraite du 13ème arrondissement de Paris, où il vivait depuis plusieurs années.


Pour rendre hommage à Jean, nous vous proposons quelques photos ainsi que une de ses rares interviews, réalisée en 1990, dans le premier numéro de Je chante. (cliquer sur la photo)


• Ses obsèques ont eu lieu ce vendredi 30 mars 2007, au Père Lachaise, à 16 h 30.

Retour accueil../SITE_JE_CHANTE/Index.html../SITE_JE_CHANTE/Index.htmlshapeimage_3_link_0