Biographies : Line Renaud

Retour accueil      Retour liste

 

De son vrai nom Jacqueline Ente, Line Renaud est née le 2 juillet 1928 à Pont-de-Nieppe — un petit village du Nord de la France, non loin d'Armentières —, « dans le quartier des ouvriers sans rêves ». Son père est un camionneur devenu conducteur de tramway. Sa mère tient un petit bistrot. « Dans le Nord, écrit Line Renaud, l'estaminet est plus qu'un deuxième "chez-soi". L'estaminet est une église : celle du pauvre. » (Les brumes d'où je viens, 1989)

Passionnée de musique, Line rêve déjà de la scène... Encore enfant, elle remporte son premier radio-crochet avec Ma pomme, de Chevalier. « J'ai chanté avant de parler et je faisais la joie des noces et banquets de la région. Dès l'âge de six ans, je me taillais un succès avec Prosper youp la boum ! » Ou Le chapeau de Zozo ou Émilienne...

Bientôt, Line se présente à un concours organisé par le Conservatoire de Lille. Elle interprète Sainte Madeleine (de Loulou Gasté, déjà...). Elle n'est pas reçue mais Pierre Cottinet l'engage sur Radio-Lille dans l'orchestre du violoniste Michel Warlop. Line Renaud prend le nom de Jacqueline Ray. « Elle porte une robe noire à manches de dentelle, et son répertoire est aussi sombre que sa robe », écrit Jacqueline Cartier. Dans sa région, elle connaît une petite notoriété.

De passage à Lille, Raymond Legrand vient l'écouter et l'invite à venir à Paris. En septembre 1945, Line passe une audition aux Folies-Belleville. Loulou Gasté est là. « Je savais tout de lui avant de le connaître. Ce type-là, écrira-t-elle plus tard, m'électrisait avec son tempo jazz. Je me droguais aux chansons de Loulou. »

Compositeur à succès (Avec son ukulele par Jacques Pills, Battling Joe et Luna Park par Yves Montand), Gasté va faire de la chanteuse réaliste une « sentimentale gaie ». « Tu es une boule de soleil et tu chantes des trucs à faire pleurer un régiment. C'est stupide. Quand on a ta tête, on rit ! »

De 21 ans son aîné, Loulou accepte de la « manager », mais il met ses conditions : qu'elle change de répertoire, qu'elle accepte de chanter ses chansons, et qu'elle change de nom. « Jacqueline, c'est trop long. Line, sur une affiche, ça fait plus gros. Comment s'appelle ta grand-mère ?

       — Renard.

— Line Renard. Non, Renaud, c'est mieux. »

Line Renaud enregistre son premier 78 tours en 1947, Le complet gris, une chanson de Loulou Gasté, qu'elle épousera le 18 décembre 1950.

En 1948, Ma cabane au Canada devient un énorme succès populaire (1,2 million de 78 tours vendus) et obtient le prix de l'Académie Charles Cros l'année suivante. Piaf, également vedette Pathé, en sera jalouse.

Ce poème de Mireille Brocey « dormait », parmi d'autres textes, sur une étagère du bureau de Loulou. Line le découvre, le trouve à son goût. Gasté le met en musique en une demi-heure. Line Renaud est lancée...


La suite est connue. Vedette populaire dans les années 50 (première artiste à suivre le Tour de France), Line Renaud partage son temps entre la France (ABC, Moulin Rouge) et l'étranger. La télévision anglaise la demande, les Etats-Unis aussi : elle y présente son propre show, se produit au Waldorf Astoria de New York et à Las Vegas (dont elle deviendra citoyenne d'honneur). En 1955, aux Etats-Unis, elle enregistre deux duos avec Dean Martin sur le label Capitol : Two sleepy people et Relax-ay-voo... Vedette du disque en France, elle aligne les succès : Étoile des neiges, Mon faible cœur, Le soir, Le bal aux Baléares, Le chien dans la vitrine, Quand Madelon...

Le critique musical Lucien Rioux écrira d’elle : « On la place précieusement dans son cœur à côté du bifteck-pommes frites et de la petite maison qu'on s'offrira avec un petit jardin, au moment de la retraite. »


Dans les années 60, devenue meneuse de revue (Plaisirs sera jouée 1800 fois), Line Renaud alterne ses passages au Casino de Paris et ses spectacles à Las Vegas. Elle crée son propre label (disques Line) et sa société de production de télévision, publie un premier livre de Mémoires (Bonsoir mes souvenirs), enregistre des disques...

En 1974, après huit années d'absence, elle présente un show à Paris et dans toute la France. Devenue directrice artistique du Casino de Paris, elle crée et joue Paris-Line de 1976 à 1979. En 1978, sa reprise du Copacabana de Barry Manilow la rapproche du public disco.

En 1982, Line Renaud reprend Folle Amanda (de Barillet et Gredy) au théâtre et reçoit l'Archange de la meilleure comédienne pour ce rôle. En 1983, elle enregistre Loulou, une chanson écrite par Didier Barbelivien en hommage à Loulou Gasté qui fête ses 75 ans au Paradis Latin. « Cela vaut mieux que de les fêter au paradis tout court ! », plaisantera Loulou.

Les années 80 révèleront la dame de cœur. En 1985, Line fonde l'Association des Artistes contre le Sida. « J'ai vu les ravages aux Etats-Unis, je me suis dit : cela va débarquer en France. » Line s'engage profondément dans cette lutte et mobilise les artistes. Parallèlement, elle poursuit sa carrière de comédienne au cinéma et à la télévision. En 1989, elle publie un second livre de Mémoires, Les brumes d'où je viens...

Dans les années 90, Line est demandée au Japon (vedette du Festival de la chanson française en 1989. Spécial Line Renaud en 1990). Loulou décède à 88 ans, le 8 janvier 1995 à Rueil Malmaison. Parlant de Line, il disait : « Elle était ma voix ».


Raoul Bellaïche