Biographies : Giani Esposito

Retour accueil      Retour liste

 

    Auteur-compositeur-interprète et comédien. Comédien au « physique intéressant », il est sollicité par le cinéma, tourne dans de nombreux films au cours des années 50 (French Cancan, Les Misérables) mais n' « éclate » pas. Parallèlement, Giani Esposito se dirige vers la chanson et se produit dans les cabarets en vogue (la Rose rouge, l'Écluse). En février 1959, il enregistre chez Polydor un 25 cm avec neuf titres dont Les clowns (rebaptisé Le clown par la suite), sa chanson-carte de visite, souvent reprise (notamment par Christine Sèvres et Jeanne-Marie Sens). « Pour la première fois, précise l'éditeur, il va chanter dans votre maison. Il s'installera à côté de vos rêves et de vos inquiétudes parce qu'il sait frapper d'une main familière aux portes de la solitude. Il ne procède d'aucun de ceux qui en rappellent d'autres. Il est le seul qui peut les faire oublier tous. »

    En 1967, il signe avec Pathé-Marconi pour lequel il enregistrera 3 albums aux arrangements très dépouillés (Un noble rossignol à l'époque Ming, 1967) et quelques 45 tours (Petite marche sur les pieds des voisins, Deux colombes). En 1969, il participe au concept-album de Gérard Manset, La mort d'Orion. En 1972, il enregistre son dernier album pour Polydor sous la direction artistique de Jacques Bedos, et la direction musicale de Jean Musy, mélange de reprises et de nouveaux titres (Les croisés, Paris le désert), et repart une dernière fois au devant du public. « Une conception aristocratique de la chanson, mais une voix unique » (Cent ans de chanson française).


R. B.